Fissures hyménéales

Clarence de BELILOVSKY■ 1. Ce que l’on voit : Fissures profondes et horizontales débutant à l’insertion de l’hymen et s’étendant sur le vestibule, souvent bilatérales et symétriques, situées à 3 heures et 9 heures (Photos 1 et 2). Parfois superficielles et parfois extrêmement profondes (Photo 3), leur fond est rouge ou blanc fibrineux. La peau adjacente est totalement normale.

■ 2. Signes cliniques associés : Ces fissures sont responsables de dyspareunie aiguë, extrêmement douloureuse, avec parfois de petits saignements, provoquant souvent rapidement une impossibilité totale à la pénétration. La brûlure peut persister plusieurs jours après les rapports, durée de cicatrisation de la plaie. Cela s’accompagne de brûlures au moment de la miction. Ces fissures peuvent laisser une cicatrice blanchâtre linéaire sur le vestibule.

Fissures hyménéales

■ 3. Contexte : Elles surviennent brutalement lors d’un RS et se recréent ensuite à chaque tentative, même après plusieurs semaines d’abstinence et de soins cicatrisants. Leur origine est mécanique (vaginisme, RS plus prolongé, changement de partenaire….)

■ 4. Bilan : 0

■ 5. Diagnostic : Le diagnostic est purement clinique. Le diagnostic d’herpès ne doit pas être retenu devant ces fissures persistantes. La biopsie est inutile et non contributive.

■ 6. Traitement : Le premier traitement repose sur la prescription de séances de relaxation périnéale auprès de kinésithérapeutes spécialisés. Cela n’est pas toujours suffisant et il ne faut alors pas tarder à faire pratique des incisions radiaires chirurgicales de l’hymen avec ablation des fissures. La reprise des RS est possible 4 à 6 semaines après l’intervention.

L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts pour cet article