EDITO N°196

Petite scène de la vie ordinaire d’un gynécologue

« Alors chère Madame, que choisissez-vous ? ». Elle a le visage ravagé par de l’acné, la peau luisante et le cheveu gras. Une dysménorrhée intense fait d’elle une « infirme » 2 jours par mois. Et comme elle ne répond pas, j’ajoute : « Je pense que la pilule doit être essayée en première intention » Alors elle sort vivement de son mutisme et me répond presque agressive : « Ah non Docteur ! Je ne veux pas de la pilule : ce n’est pas naturel ! » Je garde mon calme, me compose un visage conciliant et m’apprête à tenter de la convaincre tandis qu’elle me demande tout à trac ce que je pense de l’aromathérapie. Devant mon silence exaspéré elle continue, soudain volubile : « j’ai rencontré un aromathérapeute … Il m’a dit que mon acné allait guérir grâce à ses soins et il ne désespère pas – en étudiant bien mon cas – de calmer mes douleurs de règles… » Je me tais, atterré mais cela l’encourage alors à continuer, soudain joyeuse : « Oh ! Il connait son affaire, il a une bonne connaissance en biochimie et sur le corps humain, je lui fais toute confiance ». Alors dans un dernier effort j’ose une ultime négociation : « le préservatif alors si vous aimez le naturel » ?

Elle me foudroie du regard et se compose un visage compatissant tout en se levant « : Bon Docteur je vois que vous êtes bien grincheux aujourd’hui, vous savez bien qu’« Il » ne veut pas en entendre parler, bon…ce n’est pas grave je vais me débrouiller autrement ». Et la voilà partie, me plantant là-derrière mon bureau non sans m’avoir asséné un dernier «… le Naturel, docteur, le naturel c’est bon pour la santé ! » Alors là Pschitt ! Je sens que je commence à m’énerver. Bon, ben voilà, ça y est, je suis très très énervé ! Je ne sais pas vous mais moi ça me gonfle à l’extrême cette religion du Naturel !

La popularité actuelle des médecines dites « alternatives » repose résolument sur tout ce qui n’est pas… scientifique prouvé. L’idée maîtresse ici est simple : « tout ce qui est naturel est bon ». Voici en gros ce que pensent de plus en plus souvent une bonne partie de nos patientes. Et il n’y a pas loin qu’elles jettent aux orties et nos traitements et…. nous avec l’eau du bain.

Sur Google, vous trouverez tout comme moi des remèdes naturels contre la toux, remèdes naturels contre l’hypertension, remèdes naturels contre le cancer, le rhume, le diabète l’obésité, l’insomnie, les douleurs d’estomac, la goutte, l’arthrose, les hémorroïdes, l’Alzheimer (sic), la ménopause… Vous y trouverez aussi des « coachs de santé » de mes deux, des imposteurs à foison, des gourous en tous genres, naturopathes et naturothérapeutes, entéropathes… ça grouille de partout sur le net et il suffit de dégainer votre carte bancaire : « mais non, ça ne peut pas faire de mal, combien de fois faudra-t-il vous le répéter ? ». Dès lors, à vous les énergies rétablies la détoxification, la revitalisation et la stabilisation.

Alors pourquoi cet engouement puissant pour le « naturel », élevé à la dimension d’une nouvelle religion proche de l’animisme ? C’est qu’on doute de plus en plus de Dieu, de la justice. Toutes les autorités sont contestées, les experts cloués au pilori et les politiques conspués. Quant à la Science elle progresse constamment mais en critiquant souvent ce qu’elle présentait hier comme définitivement acquis : nos patientes sont inquiètes, voire angoissées et cherchent à se rassurer vers d’autres concepts supposés immuables : la Nature n’est-elle pas la mère créatrice de l’humanité, celle qui détient tous les secrets, la nouvelle religion devant laquelle il faut à présent se prosterner définitivement ? Le Pr Albert Jacquard, avec lequel j’évoquais les dérives potentielles de cet engouement il y a quelques années, répondait à cette question : « LA NATURE DE L’HOMME EST DE LUTTER CONTRE LA NATURE».

L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts pour cet article.